5 compétences en programmation dont tout le monde aura besoin

5 compétences en programmation dont tout le monde aura besoin

Aujourd'hui, à l'ère du numérique, la programmation devient un langage international à part entière d'un nouveau format. Peut-être qu'à l'avenir, il deviendra aussi naturel pour une personne instruite que de savoir écrire, lire et compter.

Mais même si un écolier ne rêve pas d'une carrière en informatique, des compétences en programmation peuvent être utiles. Les frontières entre l'informatique et les autres professions disparaissent progressivement, et la connaissance d'une des langues peut aider à trouver un emploi de rêve. Sergey Shashkov, le responsable du secteur programmation de la plateforme Uchi.ru, parle des compétences importantes en matière de programmation qui seront utiles dans toute entreprise.


Les cinq compétences des programmeurs :


Approche analytique


La programmation est un processus très complexe. Avant d'écrire un code, vous devez étudier les tâches et planifier le travail.

Un programmeur expérimenté étudie toujours les attentes du client en premier lieu. Ensuite, il étudie la structure de la future application, choisit les outils, fait un plan et divise le projet en blocs logiques. Le plus souvent, tout cela se passe avant que vous vous asseyiez au clavier et que vous écriviez le premier caractère du code.

La division d'un projet en petites tâches permet de les organiser en termes de complexité et d'importance afin de commencer le développement avec des modules critiques.

L'avantage des cours de programmation pour les enfants est que la plupart d'entre eux commencent tout simplement par apprendre l'approche analytique et la résolution de problèmes logiques.

Vous voulez apprendre le PHP ? Essayez-le gratuitement !
Formation pas à pas au PHP pour les débutants : écrivez votre premier code dans un simulateur en ligne.

Travail d'équipe


L'image de l'incivique "programmeur bizarre" est progressivement en train de disparaître. La société moderne exige du développeur une ouverture d'esprit, une sociabilité, la capacité de travailler en équipe, de trouver un langage commun avec ses collègues, de présenter et d'argumenter son point de vue, d'écouter les autres, de développer des solutions coopératives, de demander correctement de l'aide (et même de la refuser correctement). Cela est directement lié au fait que les programmeurs travaillent la plupart du temps en équipe. Sans compétences relationnelles, un tel travail est impossible.

Tout le monde n'a pas les qualités nécessaires pour travailler en équipe. La bonne nouvelle : ils peuvent être développés. Vous pouvez désormais trouver un grand nombre de cours dans ce domaine, tant en ligne qu'hors ligne.

Tests unitaires


Les tests sont une partie importante de l'ensemble du processus de création d'un produit logiciel, et pas seulement. Les tests ne se limitent pas à la programmation : par exemple, les concepteurs et les illustrateurs testent leurs interfaces et les chefs de produits testent leurs hypothèses. De plus, chaque programmeur doit être capable de faire des autotests, et pas seulement "manuels", mais aussi d'écrire des tests automatisés. C'est idéal lorsqu'elles sont intégrées dans la solution elle-même.

L'objectif des tests unitaires est de déterminer si un programme peut faire ce qu'il est censé faire. Il s'agit d'un test approfondi qui révèle tous les défauts majeurs et mineurs et apporte la solution à un échantillon fini.

Le plus souvent, les tâches des cours en ligne sont déjà assorties d'examens. Les étudiants s'habituent au fait que le développement de code avec des tests est plus facile et plus pratique que sans eux. En outre, les tâches complexes sont divisées en parties dans le cours afin que chacune d'entre elles puisse être testée. L'habileté à diviser le code de cette manière est très précieuse. 

 

Savoir lire le code des autres


De nombreux programmeurs sont coupables de l'idée fausse suivante : "Tout le monde, sauf moi, écrit du code minable". Mais malgré cela, vous devez lire les "gribouillis" des autres de temps en temps. C'est pourquoi la capacité de lire un code qui n'est pas le sien est très utile.

Oui, cela peut être difficile, désagréable et long, mais c'est une partie du travail dont vous ne pouvez pas vous passer. De plus, en analysant le code de quelqu'un d'autre, un programmeur novice apprend à comprendre quelles solutions peuvent exister en dehors de la sienne, à remarquer ses propres erreurs et à apprendre quelque chose de nouveau. Et le plus important, c'est que cette compétence permet à un développeur de réaliser quel code est plus facile à accepter d'un autre développeur et quel est le contraire.

L'aptitude à écrire un code de travail simple


Il est évident que l'écriture de code de travail est une compétence de base en programmation. Mais il est également important de garder le code aussi simple que possible.

Plus le code est complexe, plus il est difficile de le lire plus tard, même par l'auteur lui-même. Il est donc plus difficile de trouver et de corriger les erreurs.

Choix du langage de programmation


Vous pouvez commencer à apprendre la programmation dès l'âge préscolaire. Mais bien sûr, personne ne donnera aux enfants la possibilité d'écrire le code. Mais la résolution de tâches logiques simples et le développement de certaines compétences ne posent pas de problème.

Les jeunes écoliers peuvent déjà apprendre des langages spéciaux créés pour les jeunes développeurs, tels que Scratch et Swift. Dès le collège, vous pouvez passer aux langages courants Python, Java et C++,

Lors du choix d'un langage de programmation, il est préférable de se laisser guider par les intérêts de l'enfant.

Par exemple, un écolier qui aime les jeux, il serait intéressant de reprendre le langage pour leur développement. Le premier peut être Python, Java ou JavaScript (ce dernier convient également à quelqu'un qui s'intéresse aux applications sur les smartphones).
Les enfants qui aiment les robots pourraient bénéficier de Lua. Et les enfants qui veulent s'essayer à la conception de sites web peuvent commencer par le balisage HTML et le style CSS.
Pour que les élèves s'intéressent vraiment au sujet et ne renoncent pas à mi-chemin, les leçons doivent se concentrer sur la résolution de problèmes pratiques. Un enfant veut généralement voir le résultat de son travail et le montrer aux autres. Ce sera la meilleure motivation pour poursuivre et approfondir le sujet.

Et vous ne devez pas craindre que si un enfant commence à apprendre la "mauvaise" langue (à votre avis) à l'âge de 10 ans, il n'aura aucun avenir dans les grandes émissions. Bien sûr, les langues sont différentes, mais elles ont toutes une base et une signification communes, de sorte que le premier choix n'est pas si critique. Il est beaucoup plus important d'intéresser et de consolider la compétence. En outre, dans dix ans, l'ensemble des langues populaires pourrait à nouveau changer.

La rédaction de codes est un travail qui demande concentration et assiduité. La solution à la tâche n'est pas toujours évidente et un développeur doit être persévérant pour trouver la meilleure variante de mise en œuvre. Il arrive souvent qu'un programmeur doive faire plusieurs "runs" pour améliorer la qualité du code et déboguer la solution et parfois même il doit rayer la plupart du travail effectué et recommencer à travailler. C'est pourquoi il est important qu'un enfant s'intéresse à la langue qu'il apprend. Et s'il maîtrise une langue, il pourra passer à une autre.

En effet, le choix d'un langage de programmation dépend largement des tâches qui nous passionnent. Mais il est encore plus important de choisir une tâche et un outil pour celle-ci afin de pouvoir obtenir un retour d'information de qualité le plus rapidement possible.

Par exemple, on peut travailler avec la "maison intelligente", la robotique - en un mot, Arduino. Ici, au lieu des éloges habituels, un jeune programmeur ou une jeune programmatrice peut réaliser un système vraiment fonctionnel qui peut être utilisé tous les jours. Vous pouvez créer un plug-in ou une extension pour votre jeu PC préféré (Python, Lua), le télécharger sur un site de fans avec des plug-ins similaires, et obtenir les réactions de vrais utilisateurs. Il n'est pas rare que des projets de jeux ou de téléphones portables soient lancés dans de véritables app stores par de très jeunes programmeurs (Swift, Kotlin, C#).

Enfin, vous pouvez vous essayer à l'open source pour commencer à vous habituer à critiquer votre travail le plus rapidement possible : vous ne pouvez pas apprendre sans lui. Après tout, le plus jeune contributeur Linux est une petite fille de quatre ans (non sans l'aide de son père, bien sûr).

En bref, le plus important est de commencer à recueillir les réactions des utilisateurs réels et de leurs pairs plus âgés. Ainsi, vous apprenez encore plus vite et les résultats de cet apprentissage vous seront utiles tôt ou tard lorsque vous postulerez pour le premier emploi, déjà réel. Bien sûr, le plus important est d'"apprendre à apprendre". Un programmeur moderne doit connaître plusieurs langages de programmation et en apprendre facilement de nouveaux. Une langue n'est qu'un outil pour résoudre une tâche, mais les tâches sont différentes : il faut être capable d'apprendre rapidement de nouveaux langages, de nouvelles bibliothèques et de nouveaux cadres de programmes, de comprendre la documentation et de regarder des exemples. Vous devez "prendre le coup de main".

Dmitry Green, PDG et co-fondateur de l'accélérateur de carrière en informatique Almamat

Les enquêtes menées dans le domaine des ressources humaines montrent que les programmeurs ont besoin de compétences flexibles pour réussir leur carrière - ce n'est pas un bonus supplémentaire, mais une exigence obligatoire. En outre, une telle demande apparaît à un stade précoce, alors que la personne est encore aux études ou en période probatoire. Cependant, les compétences non techniques sont rarement incluses dans le programme éducatif. On croyait autrefois qu'un spécialiste compensait les problèmes de communication par ses compétences techniques. Mais ce n'est pas le cas. Premièrement, il y a de plus en plus de programmeurs - la concurrence est de plus en plus forte. Deuxièmement, les développeurs travaillent de plus en plus souvent en étroite collaboration avec d'autres spécialistes, et il n'est plus possible d'être un "génie fermé".

Si un développeur ne sait pas comment travailler en équipe, ne possède pas de compétences en matière de gestion du temps, il lui sera difficile de faire face aux tâches de bureau, en outre dans un site distant, où la communication est la plus importante.

Une autre catégorie de compétences flexibles en informatique, qui doit être cultivée dès le plus jeune âge, est l'adaptabilité. Vous devez savoir comment changer de stratégie, vous réorganiser rapidement, trouver une solution dans une situation compliquée. Les technologies informatiques sont en constante évolution, de manière soudaine et radicale - hier, tout le monde parlait du lointain avenir de l'automatisation, mais aujourd'hui, la tendance est à l'absence de code, dans lequel il n'est pas nécessaire d'écrire du code - il suffit de configurer intelligemment les paramètres.

Il ne faut pas oublier les compétences flexibles appliquées : capacité à négocier avec les employeurs, à comprendre et parfois à prévoir les besoins du client. Ce n'est pas enseigné dans les universités et ce n'est que récemment qu'on a commencé à l'enseigner dans les universités et les cours en ligne. C'est précisément la raison pour laquelle il existe une demande croissante d'accélérateurs de carrière : un spécialiste comprend qu'il a développé des compétences solides, mais ne sait pas où et comment les appliquer au mieux.